Vieux de plus de 1.000 ans et longtemps réservé aux plus riches, le marché de l’art s’est incroyablement démocratisé ces dernières années grâce à la dématérialisation de l’information et la financiarisation. De 500.000 collectionneurs dans l’après-guerre, les consommateurs d’art sont aujourd’hui plus de 70 millions sur tous les continents.

Un autre élément soutient durablement le marché d’art : le développement de l’économie « muséale ». En effet, il s’est ouvert plus de musées entre 2000 et 2014 que durant tout les 19ème et 20ème siècle ! Chaque année, 700 nouveaux musées de stature internationale ouvrent leurs portes, dont 70% en Chine. Or ces musées doivent acheter des oeuvres en grande quantité (4 à 5.000 pièces en moyenne) et fait nouveau, dans un but lucratif. A la manière des parcs d’attraction, les musées sont aujourd’hui prêts à débourser des millions pour une œuvre exceptionnelle qui attirera les visiteurs. Surtout, à la différence des collectionneurs, les musées revendent très rarement leurs œuvres d’art, on dit qu’ils les « avalent », ce qui tire l’ensemble du marché vers le haut.

Nos partenaires vous proposes leurs oeuvres :

Michael edery artiste peintre    et   Aurore Apérato